Nigeria : Nere Teriba, 36 ans, construit la première raffinerie d’or du pays

Nigeria : Nere Teriba, 36 ans, construit la première raffinerie d’or du pays

Kian Smith Trade & Co Ltd est à la base de la création de cette raffinerie dont les travaux de construction dans l’Etat d’Ogun ont démarré le 13 décembre dernier pour s’achever fin février. Les activités de la raffinerie sont prévues pour commencer en juin 2019 avec une capacité qui devrait tripler dans les 5 ans. La raffinerie devrait initialement produire trois tonnes d’or de 99,99% par mois et une tonne d’argent de 99;99%, pour atteindre 10 tonnes d’or par mois et trois tonnes d’argent en cinq années.


La raffinerie, selon Nere Teriba, approvisionnera la banque centrale du Nigeria, l’industrie de la bijouterie et le secteur de l’électronique. L’usine de raffinage traitera de l’or en provenance des villes nigérianes de Zamfara, Kebbi, Kwara, Niger, Kaduna, Ibadan, Ile-Ife, Ilesha, Kano, Kogi et traitera aussi environ 100 kg d’or par mois en provenance du Ghana, de la Sierra Leone et de la Tanzanie.

Au total, la société a signé des protocoles d’accord avec près de 200 fournisseurs. Selon Nere Teriba, la raffinerie, une fois achevée, générera plus de 500 000 emplois en deux ans. Elle devrait également permettre aux mineurs de tirer davantage de l’exploitation minière, d’officialiser leurs activités et d’adopter des pratiques minières durables et permettra aussi de générer des millions de recettes pour le gouvernement nigérian.

De l’informatique au secteur minier

Nere Teriba est titulaire d’un diplôme en sciences et d’une maîtrise en génie électrique et informatique de l’Université Carnegie-Mellon à Pittsburgh aux USA. Entrepreneur, médiatrice et stratège, elle a travaillé pour des solutions de développement durable pour les communautés dans plusieurs pays. Après ses études, elle a d’abord travaillé comme ingénieure informatique, avant de se lancer dans le secteur minier dont elle ignorait tous les contours . Un jour, en se demandant dans quel autre domaine elle pouvait se lancer, le secteur minier lui est venu à l’esprit.

Elle a donc effectué quelques recherches, commencé à analyser le secteur, s’est renseigné et a rencontré des personnes bien connues dans le secteur, notamment Chief Aderinokun, businessman nigérian réputé dans le secteur minier. Ce dernier, qui a conseillé la jeune femme à ses débuts, l’avait d’abord découragé d’entrer dans le secteur, mais Nere Teriba n’avait pas pris en compte cet avis. Au début, la jeune femme ne savait pas comment créer une entreprise dans le secteur minier et a donc commencé en négociant des minéraux solides notamment le plomb et en organisant les activités des commerçants.

Elle a créé Kian Smith en 2012 et il lui a fallu plusieurs années avant d’obtenir le permis de raffinage d’or. Cette obtention a notamment pu être possible lorsqu’elle a eu l’opportunité d’être invitée à participer aux travaux de réflexion du Plan de relance et de croissance économiques (ERGP) du Nigeria. Elle y a fait une proposition qui soulignait la nécessité d’une politique de l’or et d’un cadre pour la structure des permis de raffinage d’or pour tous ceux qui souhaitent en faire la demande. Elle a aussi proposé la création d’un Conseil nigérian de l’or qui serait chargé de la politique du pays en matière d’or, afin de faire du Nigeria une économie aurifère, au même titre que l’Inde, les Émirats arabes unis, Singapour, l’Italie, la Suisse, la Turquie et Londres.

Être une femme n’est pas un inconvénient

Dans une industrie dominée par les hommes, Nere Teriba ne considère pas le fait d’être une femme comme un handicap. Elle ne pense même pas au fait d’être une femme. Tout ce qui lui importe est de faire son travail. «  Pendant mes études et dès mon adolescence, j’ai interagi avec les garçons. Lorsque j’étais ingénieur informaticien, j’étais la seule femme de mon équipe et je ne trouve donc aucun problème à travailler dans le secteur minier et d’être une négociante en or.Je conviens qu’il y a quelques cas où le fait d’être une femme peut être préjudiciable. Par exemple, il est arrivé que mon organisation rencontre des communautés et que je ne me présente pas. J’ai délégué des directeurs masculins parce que certaines personnes peuvent être mal à l’aise de se rendre compte que c’est une femme qui dirige », a-t-elle déclaré lors d’une interview.

Nere Teriba sera également parmi les 6 mentors de la quatrième édition de la Nigeria Mining week qui se déroulera du 15 au 17 octobre 2019.

Le Nigeria possède des gisements non exploités de 44 minéraux, notamment d’or, de minerai de fer, de charbon, d’étain et de zinc, dans plus de 500 localités réparties dans ce pays le plus peuplé d’Afrique. Au Nigeria, quelque 80% des activités minières sont artisanales et l’or est régulièrement exporté clandestinement du pays vers le Cameroun et le Niger voisins, ainsi que vers le Togo, avant d’être enregistré dans ces pays.

Source: https://africanshapers.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *